Le cygne et la tortue

Le cygne et la tortue. Le Gólya est un bar situé à deux pas du Corvin-negyed, dans le 8e arrondissement de Budapest. C’est l’ancienne équipe du Frisco qui a déménagé là ; l’endroit est beaucoup plus grand ; il y a une cour qui est idéale pour profiter du soleil l’été ou faire un bon feu l’hiver ; il y a aussi pas mal de salles dans lesquelles des groupes peuvent venir faire leur réunion.

Toutes les deux semaines, les mercredis soir, mes colocs organisent avec certains de leurs amis un atelier urbain (városműhely), véritable séminaire de recherche auto-géré. Tout ce petit groupe s’est rencontré au TEK, acronyme de Társadalomelméleti Kollégium (collegium de la théorie sociale), sorte de chaînon manquant entre les résidences universitaires  françaises et les fraternités étudiantes américaines. TEK est connu comme étant un vivier de la pensée critique en Hongrie et ces derniers années, les TEKes ([tèkèche]) ont été à la pointe des mouvements étudiants contre le gouvernement de Viktor Orbán.

La semaine dernière, un jour avant mon retour en France, j’ai été invité à présenter les résultats de mon terrain devant l’atelier. C’était assez stressant car c’était la première fois que je devais parler en hongrois pendant autant de temps (heureusement j’avais un texte que l’on m’a bien aidé à traduire), mais aussi car j’avais affaire à des personnes qui connaissent particulièrement bien à la fois mon champ d’investigation et le contexte dans lequel il se situe. Les retours ont été heureusement très positifs et l’échange qui a suivi assez constructif.

Le Gólya ne se limite pas non plus à nos petites assemblées. Mes potes m’ont assuré que la bière y était particulièrement bonne, et je témoigne que le vin n’est pas mal. Le pálinka est aussi très correct et ce bar reste quand même le lieu où j’ai reconnu publiquement apprécier le fröccs (sorte de mélange entre du vin et de l’eau gazeuse). La rue dans laquelle se situe le Gólya  n’a plus grand chose à voir avec ce qu’elle a été avant la construction du Corvin-negyed. Cet immense complexe commercial et résidentiel se construit petit à petit sur les anciens terrains où prenait place il y a dix ans tout un quartier, réputé comme un des gros ghettos de Budapest. Lorsque l’on approche du Gólya, en arrivant du boulevard, on a l’impression que le petit troquet s’érige seul face au front de progression du capitalisme urbain. Lorsque l’on s’y rend en traversant le quartier Magdolna et les grands ensembles de Nap utca, on a l’impression qu’il est un signe évident de la gentrification à venir… Comme quoi l’interprétation des choses est souvent une histoire de perspective !

Je signale ici l’ouvrage qui vient de sortir, et qui a été précisément dirigé et rédigé par de nombreux participants à l’atelier : Jelinek Csaba, Bodnár Judit, Czirfusz Márton et Gyimesi Zoltán (eds.), Kritikai Városkutatás [Recherche urbaine critique], Budapest, L’Harmattan, coll. « Társadalomelméleti Könyvtár », 2014.


Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.