À propos

http://budacasa.hypotheses.org/files/2014/05/5256.jpg

Souvent, la face visible de la recherche, ce sont des articles, des colloques, des conférences, par lesquels le débat scientifique avance, et avec lui l’ensemble de nos connaissances sur notre monde commun. Sa face cachée ne fait quant à elle que trop peu l’objet d’échanges, de discussion, de débats. Cette partie immergée est pourtant bien plus vaste et étendue. Elle s’ouvre sur des contrées où les lignes balisées de la science se perdent dans des horizons sinueux, où le doute est roi (mais surtout tyran), et où le tâtonnement devient un guide de survie tandis que la certitude égare.

La façon dont le chercheur aborde, travaille, vit son « terrain » est, à ce titre, une expérience illustrant particulièrement bien la nécessité de s’en tenir à un pas hésitant, tant les chemins sont tortueux et mal assurés. Suivre ces pistes est exigeant en termes d’effort et de concentration. Mais à trop regarder le sol, on en oublie de prendre du répit, de regarder le paysage et de constater le chemin parcouru.

Nous nous sommes rencontrés par un « heureux hasard » à Budapest, dans le cadre de nos recherches respectives en master 2 et en thèse. Nous avons décidé de faire de nos longues conversations nocturnes le socle d’un projet commun sur les interstices de la recherche en sciences sociales et de tenir ce carnet à jour de nos errements et pas de côté.

Les auteurs

2bff48a[1]Ludovic Lepeltier-Kutasi
Diplômé en géographie à l’EHESS, inscrit depuis 2013 en thèse à l’Université François-Rabelais (Tours), mes thèmes de recherche portent sur la dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Engagé dans une démarche d’ethnographie comparée, mes terrains d’étude sont Budapest et Casablanca.

Contact : ludovic.lepeltier-kutasi@univ-tours.fr
Voir mon profil LinkedIn | mon profil Academia.edu | mon profil ResearchGate

561069_3247924869319_1210195735_nPaul Saïsset
Diplômé en anthropologie à l’Université Lumière Lyon 2, je suis au sein d’un programme de master erasmus en sciences-sociales m’amenant à voyager entre Paris (EHESS), Budapest (ELTE) et Prague (Université Charles). Le cas précis de mon master cible la première réhabilitation urbaine en Hongrie engagée au lendemain de la chute du bloc et la normalisation au travers du transfert de compétences/modèles depuis l’Europe de l’Ouest vers l’Europe Centrale.

Crédits

La photographie de la bannière a été réalisée par Elisabeth Rull.