La chasse aux pauvres est-elle relancée à Budapest ?

La semaine dernière, les militants du collectif AVM (A város mindenkié) ont formé une chaîne humaine devant un logement situé dans le huitième arrondissement de Budapest. Le but était de freiner le travail de la police venue déloger leurs occupants, mais également d’attirer l’attention des médias et de l’opinion publique sur la situation du logement en Hongrie. En ligne de mire, la politique « anti-pauvres » du maire Fidesz de l’arrondissement, Máté Kocsis.

Après le scandale des mesures anti-SDF prises par Máté Kocsis en 2011, le jeune maire Fidesz de Józsefvarós est de nouveau dans le collimateur des activistes du droit à la ville. Ils lui reprochent de mener une politique hostile aux plus démunis en vidant progressivement l’arrondissement des ménages non solvables. Au centre de la mêlée se trouve l’épineuse question des logements municipaux dégradés, sorte de stock résiduel des anciens logements d’Etat non privatisés durant les années 1990, souvent en raison de leur délabrement avancé. Or à l’échelle du pays, c’est précisément dans le huitième arrondissement que se concentrent la plupart de ces logements. Pendant longtemps, la municipalité n’a pas eu les moyens d’entretenir ce parc, et sa dégradation s’est poursuivie.

Les pauvres dans le collimateur du Fidesz… et de la gauche

Au début des années 2000, le projet Corvin-Szigony marque un véritable tournant : un quartier entier de logements insalubres est rasé pour faire place à un immense complexe de bureaux, de commerces et de logements haut standing. A l’époque, c’est le parti libéral de gauche (SZDSZ) et son allié socialiste qui sont à la manœuvre. L’adhésion de la Hongrie à l’Union européenne en 2004 change également la donne. L’accès à des financements européens tombe à pic. Le programme Magdolna est le premier à en bénéficier.

L’enjeu est alors d’allier une politique de transformation urbaine à des mesures de « développement communautaire ». L’idée, c’est d’initier une gentrification soft, qui permette à la fois l’arrivée de nouveaux ménages solvables, tout en « préservant la cohésion sociale ». Le ver est dans le fruit mais la « chasse aux pauvres » n’intéresse alors personne : on vante même un peu partout le succès de ce programme de « réhabilitation sociale ». Mais les faits sont têtus : les premières expulsions datent de cette période.

Ce qui change avec l’élection de Máté Kocsis en 2010, c’est davantage la tonalité du discours que l’action de la municipalité. La dimension sécuritaire, formulée sous les termes de « prévention de la délinquance », est déjà vantée par son prédécesseur progressiste, Béla Csécsei. Au début de son mandat, la municipalité Fidesz vise davantage les sans-abris que les locataires paupérisés. Ces derniers ne voient pas toujours d’un mauvais œil cette façon de faire. Alors que beaucoup ont peur du déclassement social, la mise à l’écart des SDF les rassure.

La politique de gentrification se poursuit, mais sans grand succès : de nombreux logements vides attendent preneurs et sont murés afin d’éviter des occupations illégales. AVM se mobilise alors pour que les logements vides puissent être attribués aux personnes dans le besoin, dans un contexte où la crise économique a mis de nombreux ménages en situation de grande précarité. En vain.

La « Fidesz touch » : une condamnation morale des « mauvais pauvres »

Pour autant, la position de Máté Kocsis à l’égard des plus pauvres est assez ambivalente. Personnalité connue pour des prises de position très conservatrices, il sait qu’une bonne partie de ces locataires d’appartements municipaux font partie de sa base électorale. Dans de nombreux cas, la municipalité est paradoxalement plutôt arrangeante avec les arriérés de paiement des loyers ou des charges. Cette gestion au cas par cas, si elle peut bénéficier à certaines familles, accroît pourtant le risque de pratiques clientélistes ou de tri résidentiel fondé sur la tête du client.

Grâce aux subventions européennes dont le huitième arrondissement bénéficie au titre des quartiers en difficulté, Kocsis n’a clairement pas besoin de virer les ménages pauvres à tout prix. Conscient des conséquences potentiellement explosives de délogements de masse, sa stratégie revient davantage à diviser pour mieux régner. En opposant les « bons pauvres », « ceux qui se comportent normalement » aux « pauvres déviants », « qui ne font pas d’effort », il parvient à la fois à désamorcer des éventuelles résistances sociales, tout en donnant une légitimité à son discours d’ordre.

Cette situation de face en face entre des locataires captifs et cette municipalité, pose avant tout le problème de l’absence d’un véritable système de logements sociaux en Hongrie, qui soit fondé sur des critères transparents protégeant ainsi ses bénéficiaires. Depuis 1990, aucun des gouvernements, de gauche comme de droite, n’a voulu affronter ce problème, chacun pensant que la privatisation résoudrait tout. Alors que la situation économique des plus vulnérables se dégrade de jour en jour, même les logements municipaux pourtant moins chers que le locatif privé, ne permettent plus à certains ménages de joindre les deux bouts. L’envolée récente du marché immobilier budapestois accentue l’épée de Damoclès sur ces habitants, lesquels n’ont que très peu de marges de manœuvre pour se retourner.

Loin d’être relancée, la chasse aux pauvres continue comme avant, mais dans un contexte politique et idéologique qui révèle les manquements des gouvernements précédents, lesquels ont abouti à une fragilisation extrême des plus démunis. Soumis à l’arbitraire des pouvoirs publics et des administrations locales, les publics captifs des logements municipaux sont désormais entraînés dans un face à face délétère. Ces municipalités tenues par le Fidesz ne cherchent pas forcément à éradiquer la pauvreté de leurs territoires, mais à s’en servir pour imposer un ordre moral par lequel toute la responsabilité des problèmes de la société doit être prise en charge par des populations que l’on montre du doigt. Le fait que la chasse aux pauvres ne soit pas systématiques mais sélective, accentue la violence de cette forme archaïque d’exclusion sociale. Non seulement ces nouveaux marginalisés n’ont pas les moyens de vivre décemment, mais le pouvoir leur fait clairement comprendre qu’ils ne sont pas dignes d’occuper leur place au sein de la société. Cette politique de mise au ban avait pourtant été supprimée au sortir du Moyen-Âge. Elle retrouve avec le Fidesz une puante actualité.


Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l’EHESS. Doctorant contractuel en charge d’activités complémentaires d’enseignement en géographie urbaine et régionale à l’Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : « La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc) », sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l’équipe Monde arabe Méditerranée du l’UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires :
CV académique / Me suivre sur ResearchGate
/ Me suivre sur Academia

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *