Panorama de la pauvreté en Hongrie

Ci-dessous un article que j’ai trouvé sur la version électronique de l’édition hongroise du Monde diplomatique. Il dresse un état des lieux intéressant de la pauvreté et des mutations de la stratification sociale en Hongrie. Il s’appuie notamment sur l’étude Osztálylétszám 2014, produite conjointement par GfK Piackutató Intézet et l’institut de recherches en sciences sociales de l’Académie hongroise des sciences (Magyar Tudományos Akadémia Társadalomtudományi Kutatóközpont, MTA TTK). Ces résultats ont été largement commentés dans la presse hongroise. L’un de ces articles a été traduit sur le site d’information francophone Hu-lala.

Cet article est diffusé avec la très aimable autorisation de son auteur et de son éditeur. Les voilà ici chaleureusement remerciés.

Citer cet article :
Totyik Tamás, 2014, « Kórkép a magyarországi szegénységről [Panorama de la pauvreté en Hongrie] », MagyarDiplo.hu, traduit par Ludovic Lepeltier-Kutasi, 4 août 2014.

« Le fait de se plaindre d’hier et d’avoir peur du lendemain nous ôte nos instants de bonheur ! »
(Auteur inconnu sur Facebook)

« Trois millions de personnes, parmi lesquelles 850 000 enfants, vivent en dessous du seuil de pauvreté en Hongrie », selon les mots prononcés par Viktor Orbán le 4 novembre 2007. Sept ans plus tard, pour l’année 2014, le nombre de personnes vivant sous ce seuil a augmenté de 50 %, tandis que le taux d’enfants vivant dans l’extrême pauvreté est supérieur de 10 % à la moyenne de la population. Cette augmentation étonnante a eu lieu durant les quatre dernières années, c’est-à-dire exactement la période depuis laquelle Viktor Orbán est de nouveau premier ministre. 

Depuis 2010, le KSH (Office de recherche en statistiques) ne publie plus le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, en tout cas ne produit plus de chiffrage de ce type, mais il existe des estimations, ainsi que quelques mesures effectuées par des instituts de recherches. Selon celles-ci, 3,7 millions de Hongrois vivaient en-dessous du seuil de pauvreté en 2012 ; 4,6 millions en 2012[1], 4,8 millions en 2013[2]. Cette augmentation sans précédent a lieu à un moment où la plupart des pays d’Europe commencent à se remettre des conséquences de la crise économique de 2008.

Le seuil de pauvreté est, selon les statisticiens, le seuil en-dessous duquel le niveau de vie est à peine suffisant pour satisfaire aux besoins de base. La base de comparaison établie par l’Union européenne correspond à 60 % du revenu médian (cette valeur est légèrement plus rigoureuse que le seuil de pauvreté officiellement établi [en Hongrie, ndt]). En 2013, le niveau de minimum vital en Hongrie est établi à 87 150 forints par personne, alors que le seuil de pauvreté  [européen] correspond à 73 900 forints. Le revenu minimum est de 66 483 forints, ce qui correspond aux trois quarts du minimum vital hongrois et à 90 % du seuil de pauvreté européen. Le fait que 30 % de la population n’atteigne pas le soi-disant seuil de pauvreté en dit long sur l’état de la société hongroise. Pour atteindre le revenu minimal de subsistance, une famille de quatre personnes devrait toucher 253 779 forints par mois, tandis qu’un retraité seul y parviendrait avec 78 759 forints (il est intéressant de constater que le taux de personnes n’atteignant pas le niveau de minimum vital est plus faible chez les retraités).

Selon les estimations du KSH, en 2013, un adulte actif devait dépenser au moins 24 099[3] forints pour demeurer en bonne santé. Pour un ménage composé de deux adultes et deux enfants (moins de 14 ans), ce montant correspondrait à 85 696 forints, tandis que pour un retraité il s’élèverait à 21 255 forints. Selon l’estimation des sociologues, 85 % des personnes sous le seuil de pauvreté n’atteindraient même pas ce niveau. L’année dernière, les données des ménages[4] équivalaient, pour une famille hongroise moyenne, à :

  • 1/3 pour l’alimentation,
  • 29 % pour l’entretien du logement (dont plus de la moitié consacrée à l’énergie),
  • 9,4 % pour les dépenses de santé, produits cosmétiques et habillement,
  • 15 % pour le transport,
  • 4,7 % pour les voyages, les loisirs et les activités culturelles.

Les valeurs portant sur les personnes vivant sous le niveau de revenu vital, se répartissent selon mes calculs[5] de la façon suivante :

  • 45 % pour l’alimentation,
  • 40 % pour le logement,
  • 10 % pour les médicaments et l’habillement,
  • 4 % pour les voyages,
  • 1 % pour la culture et les loisirs.

Ce calcul s’applique aux familles qui ont régulièrement payé les factures des services publics, le remboursement de leur logement, mais  dont les revenus n’atteignent pas le niveau minimal de subsistance.

1. Létminimum értékek különböző

2. Les valeurs des différents seuils de pauvreté selon les ménages en 2013.

Sur la base des calculs du KSH  (en raison de la baisse artificielle du prix de l’énergie), le montant d’argent dépensée pour le logement a baissé de 3,4 %. En revanche, il n’est pas évoqué le fait que pour les personnes vivant sous le seuil de minimum vital, cette part de dépense a augmenté de 6 %, car une bonne partie d’entre elles se chauffent avec du bois et l’aide à l’achat de bouteilles de gaz est bien plus faible que pour les autres sources d’énergie.  Pendant ce temps, les remboursements de prêts bancaires ont augmenté de manière significative, en particulier chez les personnes ayant contracté un crédit en devises[6].

Létminimum értékek idősora

3. Evolution du seuil de pauvreté dans le temps

Ceux qui tirent la société hongrois vers le bas, ce sont les « décrochés » (leszakadók), les ouvriers, le petit peuple kadarien[A] et les jeunes des campagnes à la dérive, qui forment le plus gros des bataillons vivant sous le seuil de pauvreté. La situation est d’autant plus insupportable qu’il est prévu 600 milliard de forints de coupe budgétaire dans le domaine social – du moins selon le programme de convergence présenté devant l’administration bruxelloise. La réduction du coût de l’énergie a permis d’enrayer un peu le glissement de la classe moyenne, mais n’est pas parvenue à l’arrêter. L’émigration ainsi que la recherche d’un emploi à l’étranger permettent par ailleurs de soulager la pression sociale sur le gouvernement (actuellement, 1,7 million de Hongrois travaillent à l’étranger).

Les allègements fiscaux – surtout les aides octroyées aux familles avec trois enfants – profitent aux 30 % situés dans les couches supérieures de la société, tandis que 10 % de ces allègements sont partagés entre les 70 % restants du corps social. Le chiffre suivant parle de lui-même : le coefficient de GINI – qui mesure la répartition des revenus – est passé de 24,1 en 2010 à 27 l’année dernière. Cela montre clairement que la situation sociale s’est détériorée.

L’étude du GALLUP[7] semble également confirmer cette tendance. Des recherches récentes menées dans les pays de l’OCDE se sont attardées sur le fait qu’après la crise, dans certains pays, est-ce que les familles avec et sans enfant pourront toujours accéder à une alimentation suffisante ? L’étude en arrive à des « conclusions » sombres : en moyenne, la part de familles avec enfants, où l’accès à  l’alimentation est problématique a augmenté de 15 à 21 %, alors que dans les familles sans enfant, elle est passée de 10 à 21 % entre 2007 et 2013. Autrement dit, ce sont des signes avant-coureurs de problèmes de faim.

Alors que la crise économique de 2008 a eu un impact particulièrement négatif sur les pays de l’OCDE, l’ampleur de la faim a chuté de manière très forte dans les ex-républiques soviétiques. Les décideurs devraient mieux tenir compte du fait que dans les pays les plus touchés par la crise, la proportion de familles avec enfants dans le besoin étaient de 28 % en Grèce, 25 % au Portugal et 47 % en Hongrie. Ces chiffres s’appuient sur le mois de l’année durant lequel les familles n’ont pas pu acheter les produits alimentaires de base. La tendance est similaire pour les familles sans enfant : cette proportion était de 26 % en Grèce, de 16 % au Portugal, et de 35 % en Hongrie. Des pays environnants, seule la Turquie fait pire, avec 50 % de familles avec enfants et 40 % de familles sans enfants. Les données sont impressionnantes !

Les résultats économiques positifs n’ont pas permis d’enrayer le glissement des classes sociales inférieures. Non seulement ils ne les ont pas atténués, mais ils les ont surtout accentués ! La question qui se pose est sur quelle base se fondent ces améliorations économiques ? Mon sentiment est qu’elles ne reflètent pas tant la croissance de la production industrielle et agricole que la suppression du soutien à la sphère sociale. Si les données sur l’emploi s’améliorent tandis que celles sur la faim se dégradent, il y a une contradiction sérieuse qui se dessine en arrière-plan. Je ne suis ni sociologue, ni expert en économie, ce qui me permet de botter en toucher sur cette question, mais je pense que la hausse des prix des denrées alimentaires est l’un des facteurs les plus importants à prendre en compte dans cette affaire.

Les familles avec enfants restent les plus vulnérables face au risque de pauvreté. Selon les évaluations du GALLUP, la situation des familles avec enfants s’est détériorée de 32 % depuis 2007 en Hongrie. De ce point de vue, les données montrent que la Roumanie et la Bulgarie ne figurent pas dans les 10 premiers pays concernés, alors que les Etats-Unis et l’Estonie font partie de cette liste. Alors que l’on a aidé avec plusieurs milliards les Grecs en faillite, si l’on se fie aux indicateurs d’appauvrissement, ce sont surtout les pauvres hongrois qui ont payé le prix de la crise. En Hongrie, c’est la couche la plus pauvre ainsi que la classe moyenne qui sont les premières victimes et les plus gros perdants de la « Guerre d’indépendance » („szabadságharc”) menée par le gouvernement. Selon les données de l’OCDE, on pouvait déjà sentir qu’il y avait un vrai problème avec notre système social, dans la mesure où le nombre de personnes aux prises avec des pénuries alimentaires a doublé en deux ans. L’enquête de l’UNICEF a corroboré le fait qu’il y avait au moins 180 000 enfants en situation de pauvreté extrême (mélyszegénység) en Hongrie. Cela représente 10 % de la population concernée !

La répartition géographique de la pauvreté montre une image nette. En partant des environs de Sarkad, suivant la frontière roumaine jusqu’à Bodrogköz et le massif du Nord (Északi-Középhegység), du bassin de Nógrád en passant par le Jászság, le département de Pest et en y intégrant le territoire de l’Ormánság, on voit se dessiner clairement la « bande de pauvreté » („szegénységi vonala”) du pays. Si je devais calquer la carte des investissements en Hongrie sur cette bande, il s’avérerait que celle-ci correspond précisément à la zone où les gouvernants et les investisseurs étrangers ont investi le moins d’argent. Je crois avoir déjà fourni une réponse à chacun des points mis en avant dans ce constat, mais il serait très important de mettre en place un système d’enseignement de haute qualité autant qu’un dispositif de soutien aux groupes de producteurs locaux. Ce dernier élément ne serait rendu possible que si les collectivités locales parvenaient à disposer de leurs terres en luttant contre leur propre oligarchie. Le réseau des conseillers agricoles (falugazdász) pourrait avoir un rôle important par le soutien professionnel apporté lors du démarrage des productions communautaires. Il faudrait 4 à 5 ans pour que les changements commencent à se faire sentir, mais nous savons qu’aucun gouvernement n’envisage de se projeter à si long terme.

Le gouvernement aurait aimé relancer le moteur de l’économie avec la hausse  de la consommation intérieure, mais cette approche est naïve avec un tel niveau d’appauvrissement de la société. Selon les données d’Eurostat[8], la Hongrie consomme 67 % de moins que la moyenne des pays européens et moitié moins que l’Allemagne. Les pays consommant moins que nous sont la Croatie, la Roumanie et la Bulgarie. La classe moyenne constitue toujours la colonne dorsale de la consommation. Cela a pour conséquence directe l’entrain des gouvernements à toujours la renforcer ou la conforter. Selon le rapport produit par GfK et l’institut de recherches en sciences sociales de l’Académie hongroise des sciences, intitulé « Osztálylétszám 2014 »[9] (qui consiste à mesurer les effectifs de chaque groupe social, ndt), l’expression de  « classe moyenne » n’est même pas mentionnée. La politique sociale actuelle du gouvernement ne poursuit donc pas cet objectif là.

Dans les sociétés salariales, ce sont les personnes disposant d’une formation initiale élevée, de solides relations sociales et d’un capital suffisant qui se voient ouvrir toutes les portes. C’est d’ailleurs l’objectif poursuivi par la réforme du système d’études secondaires et supérieures. Celui qui ne peut pas entrer dans une école financée par l’Eglise ou une fondation privée et réservée à l’élite, ne peut continuer à gravir les échelons sociaux. Dans une société hongroise qui aurait la forme d’une poire, les plus pauvres sont les plus nombreux et ce sont eux qui financent à hauteur de 95 % ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté. Les chercheurs en sciences sociales désignent ces personnes qui vivent sans accéder aux biens de base sous les noms de « décrochés » (leszakadók), d’ouvriers ou de personnes à la dérive (sodródók). On trouve également une partie des personnes vivant en situation de pauvreté au sein du petit peuple kadarien (kádári kisemberek). Il s’agit du groupe social qui représentait la classe moyenne à la fin des années Kádár (années 1980, ndt) et dont la situation se dégrade continuellement depuis le changement de régime. A mon sens, ce sont les enfants des classes intellectuelles de province et les descendants du petit peuple kadarien qui vont chercher du travail à l’étranger ou qui choisissent l’émigration. Ce sont ceux qui ont été abandonnés par les politiques publiques ou dont on s’occupe uniquement de façon rhétorique[10].

magyarkorte

4. Selon GfK et l’institut de recherches en sciences sociales de l’Académie hongroise des sciences, la société hongroise se structure à la façon d’une poire. Crédits : Ludovic Lepeltier-Kutasi, d’après l’infographie publiée sur NOL.hu. 

Du point de vue de notre analyse, le groupe social le plus important, ce sont les décrochés (qui comprend plus de 3 millions de nos concitoyens) et dont je vais vous exposer les caractéristiques. Du point de vue du nombre, il s’agit de la strate la plus importante. Leur situation est non seulement extrêmement défavorable sur les plans matériel, mais aussi des revenus et de la propriété, mais ils sont également isolés sur le plan relationnel et leur rapport à la culture est négligeable. La portion de personnes non qualifiées y est significative. Ceux qui travaillent sont employés dans des métiers physiques ou agricoles, mais la plupart sont chômeurs, précaires de l’emploi public (közfoglalkoztatottak)[B], ou bénéficiaires des minima sociaux. On y trouve une part importante de personnes malades ou de retraités. Il est possible de déduire que les parents occupaient une situation sociale analogue, ce qui signifie qu’il y a une reproduction sociale des couches inférieures.

Les répondants qui font partie du sous-groupe le plus bas de la société et dont la situation est semblable ou parfois pire se désignent comme Roms.

Les 1,5 millions d’ouvriers et autres travailleurs vivant sous le seuil de pauvreté forment un autre grand groupe. La seule chose qui les différencie des décrochés, c’est le fait qu’ils touchent une salaire minimum. S’ils perdent leur emploi, ils se retrouveront automatiquement dans le groupe des décrochés. Ce sont eux qui sont les plus touchés par l’exploitation capitaliste internationale, mais aussi par celle du moyen et grand capitalisme national. Ils ne se caractérisent pas par la consommation de  biens culturels et ne partent pas en vacances ; ils passent davantage leur temps à regarder la télé ou à surfer sur Internet. Il est étonnant de constater que la tendance à la migration est la plus basse chez ces deux derniers groupes ; ils ne cherchent pas davantage à chercher du travail à l’étranger.

Les près de 1,7 millions de jeunes et individus d’âge moyen à la dérive constituent le troisième groupe de ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté. Les habitants de l’« hôtel Mama » („mamahotel”)[C], dont les parents étaient encore les membres stables de la classe moyenne kadarienne, ont désormais du mal à tenir le coup. Parmi eux, la plupart travaillent à l’étranger (selon mes estimations, les deux tiers d’entre eux ne travaillent pas en Hongrie). Ils ne bénéficient pas de suffisamment de relations (ni individuelles, ni collectives), ne vont pas au théâtre, ne lisent pas de livres, mais s’investissent beaucoup à domicile dans les nouvelles technologies de l’information (Internet). Ce dernier élément peut leur permettre de s’élever socialement.

Le quatrième groupe est constitué de ceux qui vivent à proximité du seuil de pauvreté, c’est-à-dire le petit peuple kadarien, à savoir ,1,5 millions de personnes. Ils ont des difficultés à faire face au quotidien avec leurs revenus mais y parviennent malgré tout, ils ne vont pas en vacances, ils parlent à peine de langues étrangères et travaillent la plupart du temps dans des sociétés publiques, notamment comme employés de bureau. Ils vivent généralement dans les villages et ont un âge plus avancé. Leur lutte contre le décrochage n’est pas toujours couronnée de succès.

Le taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté est particulièrement bas auprès de la classe intellectuelle de province. Leurs membres se retrouvent dans cette situation lorsqu’ils perdent leur emploi et ne parviennent pas à en retrouver pendant une période prolongée. Aucun des individus issus de la jeunesse émergente, de la classe moyenne supérieure et de l’élite ne se trouve sous le seuil de pauvreté. J’aimerais par ailleurs attirer votre attention sur l’estimation selon laquelle nos 2 % d’élites (moins de 200 000 personnes) possèdent des actifs équivalent à celui de 90 % de la société hongroise. Depuis l’époque médiévale en Hongrie, cette valeur n’a jamais été aussi polarisée !

On pourrait résumer la situation des couches les plus basses de la société hongroise aux 16 points mis en évidence par le rapport Society at Galance de l’OCDE (2014)[11] :

  1. Les pauvres s’appauvrissent et les riches s’enrichissent.
  2. Les dépenses sociales ont baissé. Entre 2008 et 2013, seules la Grèce et la Hongrie ont connu une baisse si forte des dépenses sociales.
  3. Le soutien aux travailleurs a diminué. Entre 2008 et 2013, dans le monde seule la Hongrie a baissé ses aides à la population active (congés maladie, allocations de chômage, minima sociaux).
  4. Il n’y a pas d’investissement dans l’avenir. Entre 2008 et 2013, parmi les pays développés d’Europe, ce sont nous qui avons le moins investi dans l’éducation. L’aide par élève a augmenté partout et n’a diminué que chez nous.
  5. Nos systèmes de santé et de retraite ne sont pas efficace. Si nous dépensons davantage en moyenne en frais de santé, notre espérance de  vie reste parmi les moins longues.
  6. Nous n’aidons pas les pauvres et près d’un tiers du pays a faim. Les pauvres n’ont pas accès aux soins et aux services de santé adéquats et nous nous situons à la première place européenne de la faim chez les enfants.
  7. Nous ne faisons pas confiance en nos dirigeants et nos jeunes rejettent massivement les élites politiques.
  8. Nous ne faisons pas non plus confiance en la police ni en la justice. Les Hongrois ont peur de marcher dans les rues sombres, de peur d’être agressés et d’être victimes de crimes violents. La perception du travail judiciaire est en Hongrie la plus défavorable d’Europe.
  9. Nous ne misons pas un kopeck sur la vie conjugale. En Europe, seuls les Suédois et les Estoniens vivent avec rapport plus faible au mariage.
  10. Notre démographie chute de façon dramatique. Dans l’Union européenne, c’est chez nous que les femmes accouchent le moins en proportion du nombre d’habitants.
  11. Nous sommes malheureux et quittons notre pays. Mesuré sur une échelle de 10, l’indice du bonheur hongrois est faible :  4,7 (parmi les pays de l’OCDE, seule l’Afrique du sud se situe en-dessous). Par rapport à l’ensemble de la population, beaucoup partent chercher du travail à l’étranger.
  12. Les femmes sont encore plus malheureuses. Parmi les pays de l’OCDE, ce sont les femmes hongroises qui sont les plus malheureuses.
  13. « On tombe comme des mouches ». La plus faible espérance de vie en Europe est chez nous : 75 ans.
  14. Le suicide est fréquent. En Europe, seuls les Russes se suicident davantage.
  15. Nous ne sommes pas charitables. En Europe, seuls les Estoniens donnent moins, si on rapporte au salaire moyen.
  16. Nous avons de plus en plus de haine en nous. La Russie exceptée, c’est chez nous que l’intolérance envers les minorités ethniques et les homosexuels a augmenté le plus.

Lors du changement de régime, nous avons tous pensé que nous allions prendre le train en marche avec une locomotive forçant à plus vive allure. Le Hongrois qui espérait la démocratie aurait aimé voyager dans un train qui file en direction d’un monde meilleur. Aujourd’hui, nous sentons qu’à la place du train à grande vitesse, c’est une vieille locomotive à vapeur que l’on a  mise sous haute tension. Nous stagnons, voire nous régressons, mais le train nous secoue. Alors que l’élite hongroise s’est installée au volant de la dernière voiture de sport et ne regarde même pas dans le rétroviseur, nos compatriotes démunis rêvent l’estomac vide à la sécurité de la vie au temps de Kádár…

Totyik Tamás


[1] Résultats de l’étude TÁRKI 2013.
[2] Estimation.
[3] KSH Statisztikai tükör 2014/53.
[4] KSH Statisztikai tükör 2014/53.
[5] Valeurs minimales de subsistance des différents types de ménages en 2013.[6] KSH Statisztikai tükör 2014/53.[7] http://www.gallup.com/poll/170795/families-struggling-afford-food-oecd-countries.aspx
[8] http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-18062014-BP/EN/2-18062014-BP-EN.PDF
[9] http://politologia.tk.mta.hu/uploads/files/Osztalyletszam2014_MTATK.pdf
[10] http://www.origo.hu/itthon/20140612-magyar-tarsadalom-felmeres-osztalyletszam-2014.html
[11] http://www.oecd.org/els/soc/OECD2014-Society at a Glance2014.pdf

 

Notes de traduction :

[A] Du nom de János Kádár, dirigeant communiste hongrois entre 1956 et 1988, à l’origine d’un modèle politique original : le kadarisme ; traduction littérale de kádári kisemberek.
[B] Il s’agit ici des bénéficiaires de prestations sociales qui doivent accepter des emplois sous-payés pour le compte de la collectivité, sous peine de voire leurs aides amputées de moitié.
[C] Cette expression désigne les adultes qui vivent tardivement chez leurs parents ou grands-parents. Équivalent – mais avec une connotation symbolique et une réalité sociale différente – de la génération Tanguy.


Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l’EHESS. Doctorant contractuel en charge d’activités complémentaires d’enseignement en géographie urbaine et régionale à l’Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : « La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc) », sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l’équipe Monde arabe Méditerranée du l’UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires :
CV académique / Me suivre sur ResearchGate
/ Me suivre sur Academia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *