Csaba Jelinek, Judit Bodnár, Márton Czirfusz et Zoltán Gyimesi, Kritikai Városkutatás

Jelinek Csaba, Bodnár Judit, Czirfusz Márton et Gyimesi Zoltán (eds.), 2014, Kritikai Városkutatás, Budapest, L’Harmattan (coll. « Társadalomelméleti Könyvtár »).

Paru en janvier dernier, ce recueil d’articles et d’extraits d’ouvrages a pour ambition de constituer le premier exercice de traduction en hongrois d’auteurs issus de la théorie critique en recherches urbaines. Il s’inscrit dans une dynamique collective de réflexion autour des transformations de la ville post-socialiste, laquelle dynamique a pris la forme en septembre 2013 d’un séminaire de recherche urbaine critique (Kritikai városműhely), animé entre autres par Csaba Jelinek, Márton Czirfusz, Zoltán Gyimesi ainsi que de nombreux étudiants en hautes études, doctorants et militants issus du monde universitaire. L’introduction rédigée par Judit Bodnár, également une des coordinatrices de l’ouvrage, permet de bien comprendre la portée didactique autant que l’ambition institutionnelle de ce travail. Il s’agit d’une part de rendre accessible aux locuteurs non anglophones des auteurs tels que David Harvey, Neil Brenner ou Loïc Wacquant, dont les filiations et les positionnements épistémologiques sont particulièrement bien restitués. Il s’agit d’autre part pour les auteurs de se positionner au sein du monde académique hongrois, en marquant un certain nombre de ruptures avec la sociologie urbaine traditionnelle, lesquelles se justifieraient par l’irruption de la problématique de la ville néolibérale dans la compréhension des processus de transformation urbaine dans le contexte centre-européen.

Cette actualisation des problématiques de recherche est plus que bienvenue, dans la mesure où elle structure les questionnements autour de la ville post-socialiste, dans une perspective plus englobante. Les six thèmes retenus au sommaire de cet ouvrage montrent bien ce soucis à la fois méthodologique et théorique. Sous l’onglet « Politique économique de la ville », Zoltán Gyimesi introduit deux articles de David Harvey sur l’urbanisation dans le contexte capitaliste et un article de Neil Smith sur la gentrification et le développement inégal (Harvey 1978; Harvey 1987; Smith 1982). Il s’agit là d’auteurs majeurs de la Radical Geography, particulièrement bien représentés dans l’ouvrage. Dans le chapitre consacré à la « Gouvernance urbaine », Csaba Jelinek et Zsuzsi Pósfai introduisent là encore les deux auteurs précédemment cités, sur la question de l’évolution de la gouvernance des villes et la notion de « politiques de l’échelle » (politics of scale), mais aussi un article de Gordon MacLeod consacré à l’horizon de la ville « post-démocratique » (Harvey 1989; Brenner 1999; MacLeod 2011). Le chapitre suivant, dédié à la notion de « Ville créative », introduit par Márton Czirfusz, s’attarde, aux travers d’articles de Jamie Peck, David Wilson et Roger Keil sur la notion même de « classe créative » (Peck 2005; Wilson et Keil 2008). Le quatrième chapitre est consacré à la « Ville sûre » ou « Ville sécuritaire ». Présenté par Zsófia Ivanics, il met en perspective le travail du sociologue français Loïc Wacquant et de la géographe allemande Bernd Belina sur la criminalisation de la pauvreté et l’émergence d’une société urbaine disciplinaire (Wacquant 2008; Belina 2010). Le cinquième grand thème abordé est mis en perspective par László Cseke. Il s’agit du thème de la « Ville soutenable », avec un article rédigé par Eric Swyngedouw et Nikolas C. Heynen et un autre par Peter Brand, portant tous les deux sur la place de l’environnement dans le management de la ville néolibérale (Swyngedouw et Heynen 2003; Brand 2007). Enfin, le sixième chapitre, introduit par Judit Bodnár, questionne plus particulièrement le contexte épistémologique hongrois sous l’onglet de la « Ville post-socialiste ». Il interroge notamment à travers un extrait de son ouvrage Fin de Millénaire Budapest: Metamorphoses of Urban Life et un chapitre rédigé par la sociologue autrichienne Monika Grubbauer, la pertinence du lien entre les transformations urbaines contemporaines en Europe centrale et l’avènement de la ville néolibérale. Plus qu’un chapitre, cette dernière partie a également une valeur conclusive dans la mesure où elle laisse ouverte la question de la grille de lecture pertinente pour comprendre les processus en cours en Europe centrale et interroge la portée théorique des études de cas centre-européens dans la perspective d’une actualisation de la théorie critique en recherches urbaines (Bodnár 2001a; Bodnár 2001b; Grubbauer 2012).

La valeur de cet ouvrage ne réside pas tant dans son contenu, dans la mesure où celui-ci est principalement constitué de traductions de travaux ayant déjà largement irrigué les études urbaines contemporaines. Sa valeur réside davantage dans sa capacité à créer un nouvel espace de débat au sein de la sphère scientifique, en y introduisant de nombreux éléments de discussion et de controverse. Ce travail mérite d’être d’autant plus salué que de telles initiatives restent trop rares au sein de la scène académique francophone, où les travaux d’universitaires anglo-saxons ne parviennent que trop tardivement dans nos bibliographies. Pour autant, ce travail de traduction ne doit pas se faire que dans un sens et cette volonté d’ouverture ne doit pas rester unilatérale. Les questionnements qui y figurent sont de portée générale et mériteraient d’être appropriés très largement. Le travail de traduction n’en est qu’à ses balbutiements.

kritikai_varoskut_borito_kicsi[1]Liste des références introduites :

  • Belina Bernd, 2010, « Disparitäten in der Stadt mittels Strafrecht regieren » dans Bernd Belina, Norbert Gestring, Wolfgang Müller et Detlev Sträter (eds.), Urbane Differenzen: Disparitäten innerhalb und zwischen Städten, 1re éd., Münster, Westfälisches Dampfboot, p. 115‑131.
  • Bodnár Judit, 2001a, « Socialism, Modernity, State » dans Fin de Millénaire Budapest: Metamorphoses of Urban Life, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 1‑2.
  • Bodnár Judit, 2001b, « Constructing Difference: Western versus Non-Western, Capitalist versus Socialist Urban Logic » dans Fin de Millénaire Budapest: Metamorphoses of Urban Life, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 13‑34.
  • Brand Peter, 2007, « Green Subjection: The Politics of Neoliberal Urban Environmental Management », International Journal of Urban and Regional Research, septembre 2007, vol. 31, no 3, p. 616‑632.
  • Brenner Neil, 1999, « Globalisation as Reterritorialisation: The Re-scaling of Urban Governance in the European Union », Urban Studies, 1999, vol. 36, no 3, p. 431‑451.
  • Grubbauer Monika, 2012, « Toward a More Comprehensive Notion of Urban Change: Linking Post-Socialist Urbanism and Urban Theory » dans Monika Grubbauer et Joanna Kusiak (eds.), Chasing Warsaw: Socio-Material Dynamics of Urban Change Since 1990, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, p. 35‑60.
  • Harvey David, 1989, « From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism », Geografiska Annaler, 1989, vol. 71, no 1, p. 3‑17.
  • Harvey David, 1987, « Flexible Accumulation through Urbanization Reflections on “Post-Modernism” in the American City », Antipode, décembre 1987, vol. 19, no 3, p. 260‑286.
  • Harvey David, 1978, « The Urban Process under Capitalism: a Framework for Analysis », International Journal of Urban and Regional Research, 12 mars 1978, vol. 2, no 1-4, p. 101‑131.
  • MacLeod G., 2011, « Urban Politics Reconsidered: Growth Machine to Post-democratic City? », Urban Studies, 1 septembre 2011, vol. 48, no 12, p. 2629‑2660.
  • Peck Jamie, 2005, « Struggling with the Creative Class », International Journal of Urban and Regional Research, décembre 2005, vol. 29, no 4, p. 740‑770.
  • Smith Neil, 1982, « Gentrification and Uneven Development », Economic Geography, avril 1982, vol. 58, no 2, p. 139.
  • Swyngedouw Erik et Heynen Nikolas C., 2003, « Urban Political Ecology, Justice and the Politics of Scale », Antipode, novembre 2003, vol. 35, no 5, p. 898‑918.
  • Wacquant Loïc, 2008, « Ordering Insecurity: Social Polarization and the Punitive Upsurge », Radical Philosophy Review, 2008, vol. 11, no 1, p. 1‑19.
  • Wilson David et Keil Roger, 2008, « The real creative class », Social & Cultural Geography, décembre 2008, vol. 9, no 8, p. 841‑847.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l’EHESS. Doctorant contractuel en charge d’activités complémentaires d’enseignement en géographie urbaine et régionale à l’Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : « La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc) », sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l’équipe Monde arabe Méditerranée du l’UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires :
CV académique / Me suivre sur ResearchGate
/ Me suivre sur Academia

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *