Comment devient-on ethnocurieux en Hongrie

Cela fait maintenant quelques temps que je réfléchis aux raisons qui m’ont amené à choisir la Hongrie comme terrain de recherche. N’ayant aucune racine magyare (contrairement au co-auteur de ce blog), la question de savoir pourquoi la Hongrie s’est souvent posée. Malheureusement, je ne crois pas pouvoir répondre à cela en seulement quelques lignes ou quelques images. J’essayerais donc, au fil de plusieurs posts, d’aborder ce qui a pu éveiller mon intérêt pour ce pays.

La campagne hongroise pourrait être, pour un Français, des plus ennuyeuses mais bien au contraire, elle se révèle mystique. Ma petite enfance en Vendée n’a jamais réussi à me donner le goût des paysages plats et mornes, mais en Hongrie… Ici, ça va plus loin qu’une simple déprime et ça en devient même beau, très beau… Leurs cinéastes ont d’ailleurs toujours su tirer partie de cette grande plaine qu’ils nomment « puszta« . Je pense aux Sans-Espoir de Miklós Jancsó. Quelques silhouettes perdues dans une plaine qui n’en finit jamais. Des paysages au grand angle qui deviennent des tableaux minimalistes. Je vous laisse apprécier :

Les Sans-Espoir (1965), Miklós Jancsó

Les Sans-Espoir (1965), Miklós Jancsó (disponible ici)

Mais sur ce sujet, les références n’en finiraient plus, puisque l’art hongrois semble s’être structuré autour de la représentation de cette plaine (on pourrait aller voir la peinture des fauves et impressionnistes hongrois). Et moi, immergé (j’allais écrire immigré) dans ces images, je ne sais plus très bien si je vois cette plaine pour ce qu’elle est ou simplement le résidu de sa représentation vue ici et .

Il n’en reste pas moins que c’est eux qui m’ont fait comprendre la beauté de ces paysages désolés. Et aujourd’hui je retrouve dans mes photos quelque-chose d’eux, de ce qu’ils m’ont appris sur ce pays. Faut-il l’interpréter comme l’appropriation ethnocurieuse du romantisme que l’art hongrois a longtemps entretenu avec ce lieu particulier ? Sûrement, mais c’est aussi, me semble-t-il, une très bonne porte d’entrée pour comprendre la Hongrie et les gens qui y habitent.

Quelques photos prises dans la région de Tokaj au Nord-Est du pays en novembre dernier :

000037-2 000027-3

000025-2 000038-3

 


Paul Saïsset

Diplômé en anthropologie à l'Université Lumière Lyon 2, je suis au sein d'un programme de master erasmus en sciences-sociales m'amenant à voyager entre Paris (EHESS), Budapest (ELTE) et Prague (Université Charles). Le cas précis de mon master cible la première réhabilitation urbaine en Hongrie engagée au lendemain de la chute du bloc et la normalisation au travers du transfert de compétences/modèles depuis l'Europe de l'Ouest vers l'Europe Centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *